Fête nationale du 14 juillet : interview télévisée du Président de la République

Fête nationale du 14 juillet : interview télévisée du Président de la République

Fête nationale du 14 juillet : interview télévisée du Président de la République 613 344 Gilles Le Gendre

Le Président de la République a accordé une interview télévisée, mardi 14 juillet, à l’occasion de la célébration de la Fête nationale.

Le Président a débuté en saluant l’émotion et la fierté liées à ce 14 juillet, qui a mis à l’honneur nos armées et le personnel soignant qui ont fait face à la crise sanitaire.

Nouvelle étape du quinquennat

« Ce pourquoi je me suis engagé en politique, c’est pour rendre une France plus forte et plus indépendante. » Emmanuel Macron

  • Le Président de la République a présenté cette nouvelle étape du quinquennat, menée par une nouvelle équipe. Il a expliqué son choix en rappelant la qualité de l’action menée par Edouard Philippe. Il souhaite donc que ce « nouveau chemin » soit incarné par un nouveau Premier ministre, afin de mettre en œuvre une nouvelle méthode et de nouvelles priorité.
  • Par ailleurs, la lutte contre les violences faites aux femmes est un combat sur lequel il ne cédera rien. Il partage avec force la cause féministe qui est un fil rouge de son quinquennat. Des lois importantes ont déjà été votées en reconnaissant de nouveaux délits, 1 000 places ont été libérées pour protéger les femmes victimes. Dès septembre, les bracelets électroniques, les téléphones de Grande Détresse et le 3919 ouvert 24/7 seront déployés pour mieux protéger.

Les trois piliers de la stratégie sanitaire

Dans le contexte d’un retour à une vie presque normale, qui impose néanmoins de la prudence, le Président a décliné les trois priorités de notre stratégie sanitaire :

  1. Importance des gestes barrières. Le port du masque sera obligatoire dans tout espace clos à partir du 1er août pour laisser le temps aux gens de s’adapter, d’avoir les mesures réglementaires en place et les moyens de faire appliquer cette nouvelle consigne.
  2. Ouverture des tests à toute personne sans prescription médicale.
  3. Préparation dans le cas d’une nouvelle vague (gestion des stocks, déploiement en local).

 Sur la recherche du vaccin contre le Covid-19, la France est en lien avec l’OMS, qui organisera un accès équitable à tous les pays touchés par le virus.

« Nous avons engagé Sanofi dans une discussion avec la France et avec l’Europe, pour sécuriser la production des médicaments sur le sol européen pour les Européens en même temps, là aussi, mais également pour sécuriser les principes actifs » Emmanuel Macron

  • La rentrée des classes se fera dans un cadre proche de la normale, l’enjeu majeur étant d’accompagner les enfants qui ont le plus souffert du confinement. Une circulaire, préparée par le ministre de l’Éducation nationale, est sortie il y a quelques jours pour permettre d’accueillir tous les élèves avec l’organisation adéquate.

La jeunesse, priorité de la relance

Au moins 100 milliards d’euros seront consacrés dès la rentrée à la relance industrielle, écologique, locale, culturelle et éducative. 460 milliards sont déjà engagés en mesures sectorielles et de soutien à l’économie depuis le début de l’épidémie.

Pour qu’aucun jeune ne reste sans solution à la rentrée :

  1. Le Président de la République a annoncé la mise en place prochaine d’un dispositif exceptionnel d’exonération des charges pour les jeunes. Ce dispositif, dont l’objectif est de favoriser l’embauche de salariés, à faibles qualifications, jusqu’à 1,6 SMIC, durera un an et sera évalué.
  2. Pour aider les jeunes à s’insérer sur le marché de l’emploi : 300 000 contrats d’insertion seront créés pour ceux qui n’ont pas réussi à trouver l’entreprise qui leur signe leur contrat d’apprentissage ou leur alternance ; 100.000 places supplémentaires seront proposées en service civique dans les 6 mois à venir (140.000 existantes aujourd’hui).
  3. Enfin, 200 000 places seront ouvertes dans des formations qualifiantes supérieures, pour permettre aux jeunes de poursuivre leurs études avec un accompagnement social.

Environ 700.000 jeunes sont attendus sur le marché de l’emploi à la rentrée de septembre.

Redevenir une grande nation industrielle “grâce et par l’écologie”

« Je crois en l’écologie du mieux, pas en l’écologie du moins », Emmanuel Macron

C’est un projet qui intègre toute la société. L’État n’y arrivera pas seul.

  • Succès de la Convention citoyenne pour le climat

– Le Président de la République a rappelé ce dispositif inédit de démocratie participative, dont il a retenu la quasi-totalité des propositions.

– Sur la question du référendum, il faut suivre le processus législatif qui permettra de soumettre le plus rapidement la modification de l’article 1 de notre Constitution.

  • De nombreuses mesures déjà prises, dont la prime pour rénover son logement pour les plus modestes, la prime à la conversion, la suppression des vols internes pour des trajets de moins de 2h30 en train.
  • Des mesures à venir, parmi lesquelles un grand programme de rénovation des bâtiments (EHPAD et écoles), le redéveloppement des trains de nuit et des petites lignes.

Le plan de relance doit être une opportunité pour construire un modèle écologique, industriel et environnemental.

Les réformes en cours

1- La réforme des retraites

  • Le texte fera donc l’objet de nouveaux travaux gouvernementaux et dès vendredi, le Premier ministre réunira les partenaires sociaux.

2- La fiscalité

  • Le Président a réaffirmé maintenir sa trajectoire fiscale en précisant que « notre pays assume la justice sociale et l’esprit de conquête ».
  • Il a avancé l’hypothèse de travail sur le calendrier de la suppression de la taxe d’habitation : « Il y a une option qui est possible […] qui serait de décaler un peu pour les plus fortunés d’entre nous, la suppression de la taxe d’habitation, ce qui est peut-être en période de crise quelque chose de légitime. »

3- La lutte contre les discriminations

  • Au sujet des discriminations et sa promesse selon laquelle « l’assignation à résidence est mon ennemi », le Président de la République réitère son engagement et rappelle que de nombreuses réformes ont déjà été accomplies, parmi lesquelles l’obligation scolaire à 3 ans, le dédoublement des classes, et pour l’orientation.