Refondation de notre système de soins : le lancement du “Ségur de la santé”

Refondation de notre système de soins : le lancement du “Ségur de la santé”

Refondation de notre système de soins : le lancement du “Ségur de la santé” 858 621 Gilles Le Gendre

Le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, s’est exprimé, le 20 mai dernier, à l’issue du Conseil des ministres, sur le plan de refondation de notre système de santé.

À la une de la crise sanitaire actuelle, « une chose est sûre : pour notre système de santé, rien ne sera plus jamais comme avant ». Conformément à la volonté du Président de la République, une refondation de notre système de santé est urgente et nécessaire.

Cette refondation s’appuiera sur :

  • une méthode : l’écoute.
  • une ambition : apporter aux soignants une reconnaissance indispensable.
  • une boussole : la confiance, pour que les soignants écrivent ensemble le « jour d’après ».

Les grands axes de refondation

  1. Mieux valoriser toutes les carrières, tous les métiers et développer de nouveaux parcours professionnels à l’hôpital et dans les EHPAD : cela passera par une hausse des salaires à l’hôpital et en EHPAD, par une remise en questions de certains carcans qui empêchent ceux qui le souhaitent de travailler davantage ou différemment, sans remettre en cause les statuts ; cela passera aussi par une revalorisation du travail en équipe et des compétences acquises et missions exercé
  2. Travailler à une relance de l’investissement et à de nouveaux modèles de financement : la reprise du tiers de la dette des hôpitaux représente un effort de 13 milliards d’euros pour la nation, ce qui permettra de réinvestir, de reconstruire, de rouvrir, de moderniser. Un nouveau plan d’investissement sera également discuté pour les établissements de santé et les EHPAD.
  3. Rendre plus souple, plus simple notre système : tout devra être revu à l’aune des enseignements de la crise du Covid.
  4. Mettre en place des organisations plus proches des territoires et plus collectives entre l’hôpital, la médecine de ville et le secteur médico-social. Penser au plus près du territoire là où les Français vivent, travaillent, se soignent, c’est ce qui doit faire sens.

Le Ségur de la santé

  • Dès le 25 mai, le ministre de la Santé a engagé une concertation avec l’ensemble des acteurs du système de santé à l’hôpital, à la ville et dans le secteur médico-social, à travers les professionnels du grand âge.
  • Il s’agira de définir une méthode, un calendrier et des objectifs principaux du « Ségur de la Santé » afin de conclure des accords de la santé.
  • Au cœur des discussions, les enjeux de la création d’un nouveau risque de notre sécurité sociale et des mécanismes de financement visant à répondre aux enjeux du vieillissement de la population et de la perte d’autonomie.
  • Des échanges nationaux, pilotés par Nicole Notat, et des sessions de partage d’expérience auront lieu au sein des territoires de santé sous la forme de groupes d’action qui renseigneront sur les innovations qu’ils ont portéUn espace d’expression sera mis en ligne début juin pour tous les professionnels de santé, qu’ils exercent en ville, à l’hôpital ou en EHPAD.
  • Certaines mesures seront prises par la voie réglementaire, d’autres par la voie législative, notamment dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale à l’automne.
  • Le Ségur de la santé est une consultation en ligne pour les professionnels de santé : accès à la consultation en ligne pour les professionnels de la santé.
  • Au plus tard à la mi-juillet, un bilan des concertations sera tiré avec les professionnels sur la crise sanitaire et des conclusions seront présenté.

Réunion de négociation sur les carrières et rémunérations le 24 juin

Dans le cadre du « Ségur de la Santé », une réunion de négociation s’est tenue, le 24 juin dernier, au ministère des Solidarités et de la Santé sous l’égide d’Olivier Véran, en présence de Nicole Notat, avec les organisations syndicales représentatives du personnel paramédical (CGT, FO, CFDT, UNSA) et de la Fédération Hospitalière de France (FHF).

Cette réunion a été l’occasion d’échanger sur les carrières et les rémunérations des personnels paramédicaux des établissements de santé et des EHPAD, qui constituent l’un des piliers de la concertation.

Le ministre a rappelé les deux principes généraux du “Ségur de la Santé” :

  • Revaloriser les rémunérations et les carrières des soignants : il y aura une augmentation substantielle des rémunérations des soignants.
  • Permettre que ces revalorisations contribuent à la transformation de l’hôpital et du système de santé, et à une amélioration de la qualité des soins pour les patients.

Le ministre a présenté aux partenaires sociaux des hypothèses de travail :

  • Les premières augmentations pourraient intervenir rapidement et avant la fin de l’année
  • Les augmentations ne seraient pas que des primes.
  • 6 milliards d’euros par an seraient à répartir selon plusieurs orientations : des hausses de rémunération qui concerneront tous les métiers ; des revalorisations ciblées pour renforcer l’attractivité des professions paramédicales ; et enfin la reconnaissance de l’engagement collectif pour l’amélioration de la qualité en faveur des patients et la capacité des équipes à se transformer via une dynamique d’accords locaux concernant les organisations de travail.